Quel est le meilleur moment pour renégocier un prêt immobilier ?

Publié le 29 Août 2019

Partagez sur :
Facebook Twitter Email

Compte tenu de leurs taux extrêmement attractifs sur le marché, les prêts immobiliers sont amenés à être renégociés. Seulement, pour vous assurer d’obtenir des conditions favorables, vous ne pouvez pas lancer une telle procédure à n’importe quel instant – ni même l’improviser sans l’aide de professionnels. Voici nos conseils pour trouver le bon prétexte de renégociation, sachant que cette étape mérite toujours d’être envisagée avec des experts en crédits et immobilier, pour s’appuyer sur l’argumentaire le plus solide possible.

À partir de quand peut-on demander la renégociation ?

Dès lors que vous vous rendez compte que, depuis la signature de votre crédit, les taux ont sensiblement baissé, vous pouvez vous projeter sur une éventuelle démarche de négociation avec l’établissement de prêt (ou prévoir un rachat de crédit).

À titre d’exemple, en 2019, on considère qu’il peut être particulièrement judicieux d’initier ce processus pour tout emprunt hypothécaire souscrit entre 2003 et 2012 (approximativement) : dans ces configurations, les personnes concernées peuvent parfois économiser jusqu’à plusieurs milliers d’euros sur le long terme.

Attention : si vous vous placez en période de fin de remboursement, vos efforts risquent de se révéler peu bénéfiques. En effet, en dessous de 50 000 € à solder, il est déconseillé de tenter toute renégociation.

Les prêts les plus récents sont les plus faciles à renégocier

Tout au long du remboursement du prêt, la répartition dans chaque échéance entre la part du crédit lui-même et la part des intérêts diffère. Au début, l’emprunteur rembourse surtout les intérêts – et ce n’est que plus tard qu’il commence vraiment à payer pour la somme qu’il a demandée au moment d’acheter.

En ce sens, c’est au début de la période de remboursement, quand les intérêts représentent encore une majeure partie des échéances, que vous avez le plus de chances de tirer profit de votre renégociation. Lorsqu’il vous reste essentiellement du capital pur à rembourser, vous rencontrez plus de difficultés pour modifier les conditions de votre contrat.

En bref, c’est durant le premier tiers (entre 6 et 8 ans pour un prêt de 20 ans, par exemple) de l’opération qu’il faut idéalement penser renégociation.

Faut-il changer de banque pour diminuer les intérêts de son crédit immobilier ?

Pas obligatoirement. Rien ne vous empêche de prendre rendez-vous avec votre banquier, pour initier une renégociation sur la base du crédit signé initialement. Cependant, il s’avère généralement plus pertinent de comparer les offres de plusieurs établissements, en regardant ce qu’ils proposent au travers de leurs prestations de rachat de crédit.

Pour les particuliers, il apparaît souvent comme plus rassurant de rester dans le même établissement, car cela implique moins de démarches – et donc moins de contraintes – administratives. Malgré tout, on peut aussi perdre de l’argent en voulant gagner du temps…

Ainsi, pour vous assurer d’obtenir le meilleur taux possible tout en vous délivrant des lourdeurs administratives du secteur bancaire, vous pouvez demander l’accompagnement d’un courtier pour tout le travail de renégociation. Il se substituera à vous aussi bien pour argumenter autour de votre situation que consolider votre dossier et réaliser toutes les démarches afin de finaliser la signature du nouveau contrat, avec les intérêts revus à la baisse.

Pourquoi déconseille-t-on de renégocier son crédit seul ?

Le secteur bancaire se place comme une sphère extrêmement complexe, dans laquelle on emploie des termes et des méthodes que les particuliers parviennent difficilement à comprendre. Pour eux, renégociation d’emprunt rime bien souvent avec surplus de stress. Ils doutent de trouver les bons arguments, craignent de commettre des erreurs qui pourraient leur coûter cher (racheter un crédit et supporter des frais de dossier trop élevés, par exemple).

En somme, ils ont tout intérêt à confier leur projet à un courtier dont c’est le métier. Il détient toutes les connaissances nécessaires pour dénicher le meilleur taux, et aiguiller ses clients dans cette démarche, afin qu’elle apparaisse comme plus simple à vivre.