Tout comprendre dans une annonce immobilière

Publié le 17 Décembre 2020

Partagez sur :
Facebook Twitter Email

Avant de vous lancer dans un achat immobilier, il faut apprendre à bien comprendre toutes les informations présentes dans une annonce. Cela vous permettra de mieux comparer toutes celles qui vous intéressent potentiellement, et de prendre votre décision plus sereinement.

Découvrez les principaux éléments qui méritent d’être analysés à la loupe !

Vente entre particuliers ou en agence ?

Il est tout à fait possible de vendre une maison ou un appartement sans passer par une agence immobilière, de particulier à particulier. Toutefois, la présence d’une agence permet de bénéficier d’un véritable accompagnement tout au long de l’achat, des premières visites jusqu’à la signature de l’acte authentique chez le notaire.

Il est important de noter qu’un agent immobilier détient obligatoirement une carte professionnelle, pour laquelle il est tenu de respecter un certain nombre de règles, notamment en ce qui concerne la formation. C’est un interlocuteur digne de confiance, capable de vous aiguiller à toutes les étapes (recherche d’un prêt, négociation, etc.).

La superficie loi Carrez : un élément à vérifier avant de signer !

Pour toute vente d’un bien en copropriété, il est obligatoire de préciser la superficie loi Carrez, indiquant la surface privative du bien. De plus, on a aussi pour habitude de la mentionner dans la majorité des annonces, y compris pour les maisons individuelles qui ne sont pas sous le régime de la copropriété.

L’information pour un bien en copropriété doit obligatoirement figurer dans le compromis ou la promesse de vente, ainsi que dans l’acte authentique. Elle précise la surface au plancher, après plusieurs déductions (murs et cloisons, cages d’escaliers, gaines, embrasures de portes et fenêtres, espaces où la hauteur sous plafond est inférieure à un certain seuil, etc.).

Très concrètement, si vous observez un décalage égal ou supérieur à 5 % entre la superficie loi Carrez annoncée et celle que vous avez mesurée, vous pouvez demander une annulation pure et simple de la vente. Vous disposez même d’un délai d’un an pour faire valoir votre droit à une diminution du prix proportionnelle à l’erreur commise.

S’informer sur tous les diagnostics

Plusieurs diagnostics immobiliers doivent obligatoirement être fournis à la vente : l’amiante pour les biens dont le permis de construire est antérieur au 1er juillet 1997, le plomb pour les maisons d’avant 1949. Dans certaines régions, on contraint aussi le propriétaire à effectuer un diagnostic termites ou même un ENSA (État des Nuisances Sonores Aériennes), quand le logement se situe sur le périmètre d’un plan d’exposition au bruit d’aéroport.

Dans tous les cas, le propriétaire doit vous fournir un DPE (Diagnostic de Performance Énergétique) et un ERP (État des Risques et Pollutions). Assurez-vous que ce dossier de diagnostic technique qui vous est remis soit bien complet. N’hésitez pas à utiliser le DPE pour comparer les biens : les étiquettes consommation et climat doivent figurer sur toutes les annonces, qu’il s’agisse de vente ou de location.

Calculer le véritable prix de revient

Le prix affiché sur l’annonce n’est pas le coût que va représenter le bien pour vous. Par exemple, il se peut que les honoraires d’agence ne soient pas inclus dans le tarif, même s’ils sont généralement précisés dans les annonces avec la mention « FAI » (« frais d’agence inclus »).

D’autres dépenses viendront cependant se greffer : les frais de notaire, les intérêts d’emprunt, la taxe foncière ainsi que la taxe d’habitation. Prenez bien en compte tous ces éléments au moment d’établir votre budget et d’effectuer votre demande de prêt, pour vous assurer de monter un projet financièrement viable.

Bien évidemment, quand cela est possible, il ne faut pas hésiter à négocier le prix mentionné sur l’annonce. Il s’agit d’une opération relativement délicate, car revoir un tarif à la baisse peut vous pénaliser si d’autres candidats à l’achat ne négocient pas. L’idéal, pour vous donner toutes les chances de prendre les meilleures décisions, reste à nouveau de vous faire accompagner d’un agent immobilier professionnel.