L’origine du marché aux puces à Clignancourt

Publié le 27 Décembre 2018

Partagez sur :
Facebook Twitter Email

Au lendemain de la guerre de 1870, plusieurs marchands commencent à rechercher de vieux objets jetés dans les ordures ménagères pour les revendre. Quelques années plus tard, en 1885, on lance officiellement le marché aux Puces, qui est devenu un rendez-vous traditionnel et reconnu !

Un rendez-vous qui s’impose dans le quotidien des habitants

Dès 1885, la municipalité rénove et sécurise le quartier autour du marché aux Puces à Saint-Ouen, pour rendre son rendez-vous encore plus attractif. Elle met également en place un droit de stationnement : les vendeurs doivent le payer s’ils veulent disposer d’un espace pour écouler leur marchandise.
Au début du XXe siècle, jusqu’en 1914, de nombreux journalistes s’intéressent à ce rassemblement populaire et, à l’époque, totalement inédit. Après la sombre période 1914-1918, les Puces renaissent de leurs cendres et gagnent davantage en popularité.
Sur place, les hommes d’affaires viennent désormais acheter des terrains pour édifier des stands perfectionnés, alimentés en eau et en électricité, qu’ils louent ensuite à des prix élevés aux marchands. Entre 1920 et 1938, quatre marchés naissent : Jules Vallès, Malik, Biron et Vernaison.

Une ambiance unique à Saint-Ouen, aux couleurs du jazz manouche

Avec ses bistrots et restaurants ainsi que ses activités ludiques, le marché aux Puces ne cesse de réunir une population toujours plus nombreuse et enthousiaste, galvanisée par des gitans qui viennent jouer de la musique et réchauffer encore l’atmosphère.
À cette époque, le jazz manouche trouve toute sa place au marché aux Puces. Parmi les grands noms qui se sont produits sur place, on cite notamment Django Reinhardt, qui venait aussi jouer dans les guinguettes du quartier et à Montmartre.
Du lendemain de la seconde guerre mondiale au début des années 1990, pas moins de 12 autres marchés sont lancés dans le même secteur. En Île-de-France, le marché aux Puces de Clignancourt devient l’un des plus grands sites touristiques, une étape incontournable pour tous les voyageurs qui veulent découvrir les traditions locales.
Pour la petite anecdote, le marché aux Puces doit son nom à l’origine parfois douteuse de certaines marchandises, vendues dans un état sommaire, avec les « puces comprises ». Mais aujourd’hui, on oublie cette connotation négative et on aime toujours parcourir les étals pour y chiner de beaux produits !