À Montmartre, parcourez la renversante rue Foyatier

Publié le 21 Juin 2018

Partagez sur :
Facebook Twitter Email
Située sur la butte Montmartre au cœur du mythique 18e arrondissement parisien, la rue Foyatier est l’une des artères les plus photographiées du quartier. Pourquoi fascine-t-elle autant les visiteurs ? Comment s’est-elle imposée comme une source d’inspiration pour tous les amateurs de jolis clichés ?

La rue Foyatier : les efforts des courageux sont récompensés !

Gravissant la butte Montmartre, et non loin des Abbesses, la rue Foyatier compte pas moins de 220 marches. Rassurez-vous, l’ascension peut être effectuée palier par palier, chacun restant libre d’avancer à son propre rythme. Ainsi, même les moins sportifs s’essaient volontiers à l’exercice, car cette montée se révèle passionnante : au fil des marches, on admire le décor, on se retourne pour contempler le spectacle qui se déroule plus bas. Une véritable expérience vivante ! On arrive sur la rue Foyatier par la place Suzanne Valadon, nommée ainsi en hommage à la mère d’Utrillo. Outre l’école élémentaire qui porte le numéro 1, aucun autre bâtiment n’est indexé à cette voie. En effet, elle est bordée à l’est par le funiculaire et à l’ouest par la partie arrière d’immeubles des années 1920, dont la façade donne sur les rues parallèles.

L’histoire de la rue Foyatier

Des personnalités liées à l’école élémentaire

Le seul bâtiment présent sur la rue Foyatier est l’école élémentaire. Une structure pour le moins légendaire, puisqu’elle a reçu des personnalités emblématiques. En 1908, pendant un meeting socialiste, Jean Jaurès y prononce un discours pour faire écho aux conflits qui menacent alors la population. Sur les bancs de cette école primaire, Samuel Tysel-man a découvert les rudiments de la vie. Quelques années plus tard, il s’est imposé comme un militant communiste actif, prenant part aux mouvements de la Résistance Française, fusillé par les nazis en 1941.

La rue Foyatier autrefois

Il faut savoir que la rue Foyatier possède ce nom depuis 1867. À l’époque, sur le même secteur géographique, on a souhaité baptiser plusieurs lieux au nom de sculpteurs connus, comme Pigalle, Cortot, Pilon ou Goujon. On peut trouver quelques œuvres de Foyatier en France : le Spartactus brisant ses chaînes au Louvre à Paris ou encore la statue de Jeanne d’Arc à Orléans sur la place du Martroi. En outre, le funiculaire visible sur cette rue a été inauguré en 1900, pour que les pèlerins puissent plus facilement se rendre à la basilique. Depuis, il a naturellement fait l’objet de nombreuses réfections et changé d’usage, puisqu’il est essentiellement emprunté par les touristes.