Le château des Brouillards à Montmartre

Le château des Brouillards à Montmartre

Publié le 17 Août 2017

Partagez sur :
Facebook Twitter Email
Une belle surprise vous attend, à Montmartre, au niveau de l’angle entre la rue Girardon et celle de l’Abreuvoir. Dissimulé par des arbres, le château des Brouillards se trouve sur l’allée éponyme. Aujourd’hui, on considère cet emplacement comme romantique et unique en son genre. Découvrez les principaux secrets de ce bâtiment fascinant, non loin de l’agence Immopolis Marcel Aymé.

Les origines du château

Au début du XVIIIe siècle, sur le terrain abritant aujourd’hui le château de Montmartre, on trouve simplement une ferme abandonnée et un moulin hors service, le « moulin des brouillards » ou le « moulin du vin » — les noms ont changé au fil des époques… Cette période est celle de toutes les folies : les nobles parisiens se lancent dans la construction de belles résidences au plus près des grandes villes. Legrand Cucampjean, faisant partie de ces nobles, est avocat au Parlement de Paris. Rapidement séduit par le terrain, il achète cette ferme de 7 000 mètres carrés, rase toutes les ruines, supprime le moulin et concrétise son projet : ériger un château. Mais pour comprendre le nom de ce bâtiment et la référence au brouillard, il faut prendre connaissance d’un détail : en contrebas, la Fontaine du But crée des vapeurs qui, lors des journées froides, forment une légère brume. De ce phénomène scientifique résulte un nom plutôt poétique, le château des Bouillards — et l’allée éponyme.

Cabanes et chalets : la dégradation progressive des lieux

Aux alentours de l’année 1850, les communs du château sont délabrés et une population d’artistes et de marginaux colonise l’espace. Le maquis de Montmartre naît et, sur le terrain, la « folie » de Legrand Cucampjean est ruinée, encerclée de chalets en bois et de cabanes en tôles. Ensuite, au XXe siècle, le maquis est détruit. Entre 1910 et 1912, plusieurs immeubles sont construits dans le secteur, menaçant dangereusement ce qu’il reste du château des Brouillards. Contre toute attente, Victor Perrot intervient et bouleverse le cours de l’histoire : il achète le château, le restaure et y installe même l’électricité. Par la suite, une partie de la propriété, donnant directement sur l’allée, est revendue — tandis que l’homme garde la seconde. Dans les années 2010, cette dernière est mise en vente, mais aucune information n’a filtré sur le potentiel nouveau propriétaire.

Les mythes autour du château des Brouillards

On raconte que Gérard de Nerval aurait séjourné dans le château des Brouillards entre 1828 et 1833. Cependant, rien ne confirme — ni n’infirme — cette hypothèse. On peut uniquement constater qu’il a partagé son amour de l’espace abrité par « les grands arbres du Château des Brouillards » ainsi que « ce reste de vignoble lié au souvenir de Saint-Denis » [1]. En revanche, on sait qu’en 1890, dans l’un des pavillons face au château, la famille d’Auguste Renoir emménage. C’est d’ailleurs sur place que leur fils, Jean, scénariste et réalisateur, est né en 1894… Et pour couronner le tout, un nouveau voisin vient s’installer en 1906 : Modigliani. Certaines personnes pensent même que ce château est hanté : difficile de démêler le vrai du faux autour de ce lieu emblématique ! Malgré tout, ce que l’on sait, c’est que le Château des Brouillards ne cessera pas de susciter l’engouement des Parisiens et touristes .