À la découverte du funiculaire de Montmartre

Le sacré coeur près du funiculaire de montmartre

Publié le 23 Mai 2017

Partagez sur :
Facebook Twitter Email
Depuis le début du XXe siècle, le funiculaire fait partie intégrante du paysage de Montmartre. Ce réseau long de 108 mètres facilite, pour les Parisiens comme pour les touristes, l’ascension des quelque 36 mètres de dénivelé caractéristiques de la Butte. Découvrez cette installation emblématique du 18e arrondissement parisien comme vous ne l’avez jamais vue.

L’histoire du funiculaire de Montmartre

En 1891, le Conseil de Paris décide de construire un funiculaire à Montmartre. L’objectif est de faciliter, pour les pèlerins, l’accès à la Basilique du Sacré Cœur, située au sommet de la Butte. Quelques années plus tard, en juillet 1900, on inaugure le funiculaire de Montmartre. À l’époque, le dispositif fonctionne par l’intermédiaire d’un système de contrepoids à eau. Une cuve étanche est mise en place dans chaque cabine, elle est remplie au niveau de la station la plus haute. Par la suite, le poids des voyageurs additionné à celui de la cuve permet à la cabine de descendre par gravité, ce qui fait remonter naturellement l’autre cabine. Une deuxième génération de funiculaire est mise en place en 1935. Les deux cabines, cette fois reliées par un câble, sont pilotées depuis l’intérieur. La troisième génération n’arrive qu’en 1991. À ce moment, l’installation est complètement modifiée pour correspondre davantage aux critères d’un ascenseur. Sous le plancher des cabines, la cuve d’eau a laissé place à une balance électronique déterminant le poids des voyageurs – et permettant de fixer la vitesse de circulation. En moyenne, on peut parcourir 3,50 mètres par seconde, sachant que le rythme est moins rapide en période d’affluence.

Un réseau aujourd’hui intégré aux transports parisiens

Aujourd’hui, la RATP exploite le funiculaire de Montmartre : il fait intégralement partie de la ligne 2 du métro, même si aucune correspondance directe n’est possible. Le dispositif des deux cabines a été conservé afin d’éviter, en cas de panne, une indisponibilité totale de la ligne. Chaque année, près de 4 millions de personnes empruntent cette ligne de transports collectifs hors du commun, ce qui représente environ 4 000 voyageurs par heure. Pour amener toutes ces personnes à bon port, on compte une moyenne de 200 allers et retours chaque jour. Pour éviter tout problème sur cette ligne très spéciale, des contrôles réguliers sont effectués. Par ailleurs, tous les dix ans, une inspection de plus grande envergure est réalisée, avec parfois quelques travaux d’ajustement, notamment pour répondre à toutes les normes de sécurité. Puisqu’il fait partie intégrante du quotidien des habitants de la capitale française, le funiculaire de Montmartre est naturellement présent dans notre culture. Ainsi, le film « Ripoux contre ripoux », sorti en 1990 et porté par des acteurs comme Thierry Lhermitte et Philippe Noiret, compte une référence à ce lieu du 18e arrondissement. Plus poétique, le film d’animation « Un monstre à Paris », doublé par Matthieu Chedid et Vanessa Paradis, présente le funiculaire à l’issue d’une scène d’action. Le décor planté est celui de la crue de la Seine en 1910. Le funiculaire de Montmartre est un élément clé du paysage parisien. Mais l’escalier de la rue Foyatier constitue, lui aussi, un véritable symbole. Alors si vous le préférez, rien ne vous empêche de l’emprunter pour arriver au sommet de la Butte Montmartre : vous monterez plus de 200 marches !