Loyers impayés : comment y échapper et quels recours ?

Publié le 02 Août 2018

Partagez sur :
Facebook Twitter Email
Principale angoisse des propriétaires au moment de mettre leur logement en location, les impayés ne doivent pas rester sans conséquence : le bailleur dispose de plusieurs outils pour réclamer son dû et régulariser la situation. En parallèle, quelques bonnes pratiques pourront l’aider à anticiper — et éviter — les retards de paiement.

Que faire en cas de loyer impayé ?

Avant toute chose, dès le premier décalage ou la première anomalie de paiement, le propriétaire ou bailleur doit réagir rapidement. Bien souvent, le loyer représente près d’un tiers des dépenses de l’occupant. S’il commence à prendre du retard et qu’aucune mesure ne vient l’obliger à payer sa dette, la situation s’envenimera, ce qui ne profitera à aucune des deux parties. Dès qu’il ne reçoit pas son loyer comme d’habitude, le bailleur contacte son locataire, afin de connaître les raisons du problème. Il peut exceptionnellement accorder quelques jours de délai. En revanche, s’il identifie une configuration financière instable (perte de l’emploi, surendettement, etc.), il doit faire comprendre à son interlocuteur que le loyer non payé le poursuivra tant qu’il ne sera pas régularisé : s’il n’est pas certain de pouvoir régler le tout et continuer à assumer chaque loyer, l’habitant doit partir rapidement. Plusieurs recours existent dans ces circonstances : les propriétaires ayant souscrit une garantie loyers impayés ou une assurance de ce type peuvent en bénéficier, selon les conditions du contrat. S’ils ont demandé à un tiers de se porter garant, ils sont également en droit de le contacter afin de réclamer les impayés. Enfin, on notera qu’à partir de deux mois d’impayés, si le locataire touche des allocations de la CAF, son bailleur peut informer la Caisse de la situation. Quand aucun signe de bonne volonté n’émane de l’occupant et qu’il ne consent toujours pas à payer, le propriétaire n’a d’autre choix que de l’expulser.

Quelques conseils pour éviter les impayés

La meilleure solution, pour se prémunir des loyers non réglés, reste de bien étudier la candidature des visiteurs au moment de la recherche de nouveaux locataires. À ce moment, on s’assure que la personne dispose bien des ressources pour assumer le loyer, qu’elle est sérieuse et honnête. Toutefois, personne n’est à l’abri des erreurs de jugement. En ce sens, pour faciliter les paiements, le virement automatique demeure la méthode la plus simple et la plus rassurante, à condition que le locataire soit d’accord pour ce système. Pour finir, si vous ne vous sentez pas à l’aise avec toutes les démarches administratives propres à la location d’un bien et à la perception des loyers, confiez sa gestion à un professionnel : il s’assurera pour vous du bon règlement des mensualités, tout en vous donnant des conseils personnalisés en matière d’assurances.